THATCamp Lyon : le Manifeste

Les   datavisualisations  (dataviz)  ou   visualisations   de   données   sont   omniprésentes   dans   nos   sociétés contemporaines, sous des formes d’une infinie diversité. Cette ubiquité même nous incline à y voir un nouveau phénomène culturel, propre à notre ère numérique et digitale, un fait de société et même de civilisation. Si depuis la télévision déjà, nous nous pensons comme une « civilisation de l’image » ou des écrans, ce phénomène serait encore aggravé et radicalisé par le numérique. La prolifération et l’invasion de nos sociétés par le visuel serait intrinsèquement liée à l’essor de ces nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), et plus encore, des tablettes, smartphones et nouveaux médias digitaux. Ce processus supposé inéluctable soulève des réactions parfois diamétralement opposées : d’un côté, le camp des « visio-sceptiques » voire des « visiophobes » ; de l’autre celui des « visio-ethousiastes ». Ces tensions doivent inviter le chercheur et les sciences humaines et sociales en général à la prudence et à la prise de distance.  Face   à   ce   phénomène   civilisationnel,   la   mission   du   scientifique »   n’est-il   pas   d’adopter   une   posture « critique », de deux manières :

1) d’une part en « dépassionnant » les débats : en proposant plutôt une approche raisonnable et raisonnée de la visualisation, qui refuse autant le fétichisme que la diabolisation. Cette démarche critique devrait se   nourrir   de   notre   culture   « humaniste »   et   de   notre   rigueur   méthodologique.   Elle   doit   permettre   de désamorcer   la   rhétorique   « révolutionnaire »,   peu   réflexive,   qui   affirme   sans   nuance   la   réalité   d’une « révolution numérique ». Le chercheur devrait avoir pour tâche de replacer dans le temps long de la culture visuelle et des médias cette « révolution visuelle » supposée, d’en prendre la juste mesure, de faire la part des permanences   et   des   mutations,  des  héritages   et   des   innovations.   D’autres  lieux   communs   relatifs   aux datavizualisations peuvent être interrogés : notamment cette tendance à ignorer l’illettrisme visuel (JD Fekete) en proclamant hâtivement que l’image est immédiatement lisible et compréhensible de tous, une culture innée ou « par défaut », par opposition à une culture écrite, incarnée par le livre et les bibliothèques, qui seuls nécessiteraient un apprentissage et des littératies spécifiques. Or les dataviz sont également des discours construits, des constructions sociales et culturelles, dont il convient d’apprendre les langages et les codes pour pouvoir les déchiffrer et résister à leurs éventuels « mensonges ».

2) d’autre part en définissant ou tentant de cerner ce champ vaste et indéterminé qu’est le « visuel » : d’en nommer, distinguer et sérier avec rigueur la diversité, pour éviter les confusions et les malentendus, pour éviter de succomber aux charmes des effets de mode et autres buzzwords.

 

Ce That Camp se propose ainsi d’aborder le visuel et les « dataviz » sous deux angles (mais reste ouvert à toute proposition ou suggestion alternatives) :

(1) les dataviz comme objet d’étude pour les chercheurs : appelant une approche critique : en tant que fait culturel, fait de société et de civilisation nécessitant une histoire et une sociologie des pratiques, une approche critique puisant dans nos savoirs et savoirs faire « humanistes » ou de sciences humaines et sociales, comme des ressources ou des armes conceptuelles

(2) les dataviz comme  outils  ou  instruments  pour les chercheurs : appelant une épistémologie et une méthodologie spécifiques, un apprentissage et l’acquisition de littératies et de compétences spécifiques, ainsi qu’une collaboration avec ceux qui conçoivent les outils et avec les milieux non académiques en général (artistes visuels, designers, développeurs de plateformes et d’outils de dataviz). La diversité et la prolifération des types et des choix d’outils et de dataviz (réseaux, cartographies, 3D, timelines et chronologies) supposent aussi un travail de définition et classement rigoureux, ainsi qu’un travail collectif de veille et la mise en place de communautés pour la formation et le soutien technique aux usagers. Le chercheur doit s’interroger sur la finalité et le sens même de ces visualisations dans le processus de recherche et production de savoir : sont-ils de simples outils et médias de communication (ayant une pure fonction esthétique) ou bien ont-ils un intérêt, une valeur ajoutée scientifique réelle, aussi bien au niveau de la production du savoir (outil heuristique et de conceptualisation, permettant de voir ce qu’on ne peut voir sans, et de soulever des pistes inattendues, des hypothèses inattendues) qu’au niveau de la diffusion (sont-ils totalement esthétiques ou bien ont-ils un intérêt pédagogique réelle : permettant au récepteur de comprendre le message scientifique, découvrir par lui-même, mieux qu’il ne le ferait avec un discours scientifique « classique »).

C. Armand

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest